S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

L'origine du nom d'Otterburn Park

Saviez-vous que la ville d'Otterburn Park célèbre, en 1999, le 30e anniversaire de son statut de ville? Mais elle trimbale son nom depuis plus d'un siècle, et peu de gens savent que c'est Sir Joseph Hickson qui en est à l'origine. En effet, le passé d'Otterburn Park est mal connu, car ce n'est qu'au gré des di­ res et des écrits d'une poignée de per­ sonnes que l'on a pu jusqu'ici compren­ dre certaines parcelles de son histoire. Voici celle de son nom

Joseph Hickson est né le 23 janvier 1830 à Otterburn, Northumberland, en Angleterre. Il est le second fils et qua­trième enfant de Thomas Hickson, for­geron, et d'Ann Brodie. En décembre 1861, à titre de chef comptable, Joseph Hickson est engagé à la compagnie de chemin de fer Grand Tronc, dont un bu­ reau est situé à Londres. Au début de 1862, il entre en fonction à Montréal. Ra­pidement il prend de l'avancement, jus­qu'à devenir le directeur général de la compagnie en 1874

Le 17 juin 1869, à Montréal, il épouse Catherine Dow. Ensemble, ils ont trois fils et trois filles.

Durant les années 1880, sous la gou­verne de Sir Joseph Hickson, le Grand Tronc connaît une grande expansion. Ce qui en fait l'une des principales compa­gnies ferroviaires du Canada. Sir Joseph prend sa retraite en décembre 1890. Il meurt de « paralysie » à Montréal, au dé­but de janvier 1897.

Un endroit de villégiature

En 188S, les frères Campbell, proprié­taires d'un vaste parc public sur les bords de la rivière Richelieu à Saint-Hilaire, désirant accroître leur clientèle, demandent à Sir Joseph de créer un arrêt avec débarcadère près de l'entrée du parc. Ce qui fut fait.

Afin de témoigner leur gratitude, les propriétaires lui offrent de le nommer Hickson Park. Mais Sir Joseph leur pro­pose plutôt le nom d'Otterburn, celui de son village natal situé au nord de l'Angle­terre près de la frontière écossaise.

Dès les premières années de son exis­tence, le Parc Otterburn était considéré comme le plus vaste parc public du Do­minion. De 1885 à 1944, il jouit d'un pou­voir d'attraction considérable qui en fait un lieu couru du grand public. On vient de partout pour pique-niquer et se ré­créer au bord de la rivière. Même s'il change de propriétaire et de nom en 1944, Otterburn Park reste longtemps dans la mémoire de la population locale. À tel point qu'en 1952 le conseil munici­pal change le nom de la municipalité de la paroisse de Saint-Hilaire en celui d'Otterburn Park, officialisé l'année suivante. La « nouvelle » municipalité obtient son statut de ville en 1969.

 — Alain Côté, 1999

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier