S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Albert Hudon, un généreux donateur

Le parc Les Bosquets Albert-Hudon constitue un vérita­ ble joyau sur notre territoire. À qui sommes-nous redevables d'avoir conservé ce si beau terrain? En 1946, un riche homme d'affaires, Albert Hudon, fait don du parc Otterburn, acquis plus tôt de la succession de Bruce F. Campbell, à une fiducie formée de l'archevêque de Montréal, du Sun Trust Limited et des Buissonnets inc. Ce beau parc, créé à l'été 1855, avait attiré de nombreux excursionnistes de Montréal et des environs, venus se divertir dans ce site enchanteur au cœur de l'ensemble urbain.

Albert Hudon (1872-1950) était le fils de Firmin Hudon et de Azélie d'Odet d'Orsonnens. Il avait épousé en premières noces la veuve Anne-Marie Casgrain, fille d'Eugène Casgrain et de Philomène Pouliot, le 4 juin 1901 à l'Islet, puis convola en secondes noces avec Albertine Roch, fille de Narcisse Roch de l'Épiphanie, le 16 juin 1919 à Saint-­Jacques, Montréal. Il n'a pas eu de descendants.

Le père d'Albert, Firmin Hudon, était président de Hudon & Orsali, grossistes en alimentation et importateurs de vins et spiritueux. Ce n'est qu'à la mort prématurée de son père qu'Albert succéda à la direction de l'entreprise familiale. Il la dirigera de main de maître jusque vers la fin des années 1940. Ses neveux Marc et Pierre Hudon lui succéderont jusqu'à la vente de l'entreprise en 1953. Le 1er juin 1953, Hudon & Orsali obtiennent d'IGA Chicago l'exclusivité de la bannière IGA pour tout le Québec à l'exception de l'Outaouais, de l'Abitibi, du Témiscamingue, de l'Estrie et de la Beauce.

Négociant, philanthrope, bienfaiteur de l'École des Hautes Études Commercia­les, Albert Hudon fut directeur de nombreuses entreprises industrielles et finan­cière dont : Biscuits Viau Corporation, Sun Trust Limited, Le Pain Moderne Limitée. Albert Hudon sera aussi maire de la ville Laval-de-Montréal, juge de paix, gouverneur de cinq hôpitaux montréalais et membre de multiples associations. Il avait à cœur la jeunesse orpheline, pauvre et abandonnée de Montréal. Devant le notaire Eugène Poirier, le 14 juin 1946, il fit don du parc Otterburn pour en faire une colonie de vacances estivale

Ainsi est-il possible d'associer réussite commerciale et cause caritative. Le nom d'Albert Hudon restera étroitement associé à la communauté otterburnoise. Sa décision de faire du parc Otterburn un lieu récréatif pour les jeunes aura protégé ce domaine riche et diversifié que constitue, de nos jours, Les Bosquets Albert-Hudon .

 — Alain Côté, 2006
Albert Hudon. Tiré de Références biographiques Canada-Québec, 1978.
Albert Hudon. Tiré de Références biographiques Canada-Québec, 1978.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier