S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Un peu plus sur Les Bosquets

Le 30 octobre 1884, Archibald, Bruce, Robert, Donald et Colin Campbell achètent de leur frère aîné Edmund Alexander Char­les la seigneurie de Rouville. Ensemble, ils décident de créer un parc de plaisance dans la pinède, au sud du pont du che­min de fer qui traverse la rivière Richelieu, entre Saint-Hilaire et Beloeil. Le parc Otterburn est ouvert au public l'été suivant. Celui-ci s'avère un succès dès le départ.

Des convois entiers d'excur­sionnistes de Montréal viennent passer la journée à la campa­gne, dans un environnement naturel agrémenté d'un plan d'eau où pêcher et faire du canot. Si près de Montréal, il représente un attrait exception­nel où l'on peut se rendre en train

Le parc Otterburn exista jus­qu'à la Seconde Guerre mondiale, pour devenir, le 15 juin 1944, propriété d'Albert Hudon, négociant de Montréal. Ce dernier en fit donation le 14 août 1946, aux Buissonnets de Montréal, oeuvre de bienfai­sance et d'assistance sociale à la jeunesse orpheline, pauvre et abandonnée. L'acte de do­nation désignait l'archevêque de Montréal, le Sun Trust et Les Buissonnets, fiduciaires du parc. Ce magnifique boisé a reçu annuellement des centaines d'enfants. Les Buissonnets ont, par la suite, été remplacés par un nouveau fiduciaire, la colo­nie Les Bosquets Albert-Hudon.

Vaste terrain boisé d'une su­perficie égale au tiers de la municipalité, situé au coeur de l'ensemble urbain, il sépare la ville d'Otterburn Park en deux parties. Il est de l'intérêt de tous de voir à la préservation de ce joyau enchâssé dans la munici­palité et qui lui donne un air de campagne en ville.

 — Alain Côté, 1996
Le chemin des Patriotes à Otterburn Park. SHBMSH
Le chemin des Patriotes à Otterburn Park. SHBMSH

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier