S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Isaac Vandandaigue premier maire de Mont-Saint-Hilaire

Le mercredi 1er août 1855 avait lieu la première assemblée du premier conseil de la municipalité de la paroisse de Saint-Hilaire, créée en vertu de la nouvelle Loi des Municipalités et des chemins du Bas-Canada. Les premiers élus étaient François Auclair, Antoine Authier, François Côté, Abraham Demers, Joseph Minette et Isaac Vandandaigue. Les conseillers devaient d'abord nommer un secrétaire-trésorier et procéder entre eux à l'élection du maire de la municipalité. La charge de secrétaire fut confiée au notaire Narcisse Robitaille et les conseillers choisirent à l'unanimité Isaac Vandandaigue comme premier maire dont le mandat était de deux ans. Les Hilairemontais ont-t-ils totalement oublié ce personnage dont les activités ont été marquantes dans l'histoire de la paroisse ?

Isaac Vandandaigue est né à Belœil le 20 août 1805 du mariage d'André Vandandaigue et de Françoise Fournier. Son père, décédé en 1816 à l'âge de 40 ans, laissa à sa veuve le soin d'élever leurs cinq enfants. Isaac reçut une bonne instruction car nous le retrouvons à 25 ans à Saint-Jean-Baptiste de Rouville où il occupera les fonctions d'instituteur et de Sous-Voyer de la paroisse. Le 16 juin 1834, il épouse à Saint-Jean-Baptiste, Margaret Louisa « Maggie » Dillon, fille de Richard Dillon et de Marie-Thérèse Bouis. Richard Dillon, interprète à la Cour du Banc du Roi à Montréal, avait établi sa famille à Saint-Jean-Baptiste, lieu d'origine de son épouse qui y possédait plusieurs propriétés foncières. Épousant la cause des patriotes en 1837-1838, Richard Dillon et son fils George seront tous deux écroués au Pied du Courant en 1838.

Après la promulgation en 1845 de la première loi créant les municipalités de paroisse, Isaac Vandandaigue était élu secrétaire-trésorier de Saint-Jean-Baptiste de Rouville. Il n'exerça cette charge que quelques mois puisque au printemps 1846, il s'établit au coeur du village de Saint-Hilaire, voisin de l'église et des terrains de la Fabrique.

Isaac Vandandaigue cultive sa terre pour faire vivre sa famille qu'il installe dans une maison située derrière l?église, rue Saint-Hippolyte, face à la rue Saint-Henri. Tout en exploitant sa terre, il mène de front le lotissement des rues Sainte-Anne, Saint-Henri et Saint-Charles. Dès 1831, le seigneur de Rouville avait tenté sans succès de créer un village autour de l'église. Isaac Vandandaigue procéda à un nouveau lotissement et à son décès en 1888, la plupart des lots étaient construits et habités.

Les affaires publiques ne cessent de l'intéresser. Son stage comme secrétaire-trésorier à Saint-Jean-Baptiste a certainement joué lors de la première élection municipale de Saint-Hilaire où il sera élu conseiller et choisi à l'unanimité comme premier maire. Plus tard, il continua à servir ses concitoyens comme juge de paix et pendant plusieurs années au tribunal des petites causes. On le retrouve également mêlé aux affaires scolaires.

En 1863, encouragé par le curé Soly, il fondera le premier aqueduc de Saint-Hilaire. Enfin, en 1865, il met sur pied avec Louis-Gédéon Authier et Félix Martin, la Brasserie Martin et Cie. Transformant sa résidence rue Saint-Hippolyte pour loger la nouvelle entreprise, il emménage rue Brodeur dans une nouvelle maison en brique. Ses associés se désistant tour à tour, Isaac Vandandaigue resta, à compter de 1870, seul propriétaire de la brasserie qu'il exploita avec l'aide de son fils André. Après son décès survenu en 1888, l'entreprise continuera à brasser de la bière pour désaltérer les Hilairemontais jusqu'en 1903. Ce fut au 19ième siècle l'entreprise la plus importante de Saint-Hilaire.

Notre premier maire, Isaac Vandandaigue, fut fortement impliqué dans la vie sociale, politique et économique de Saint-Hilaire. Ne mérite-t-il pas une place dans le souvenir des Hilairemontais d'aujourd'hui, même si le maire et le conseil ont refusé de donner son nom à une rue du centre-ville, sous prétexte que les citoyens ne sauraient épeler son nom ?

 — Pierre Gadbois, 1999
Dessin du vieux village de Saint-Hilaire montrant la brasserie en médaillon et reproduit dans un journal Source et date inconnues. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.
Dessin du vieux village de Saint-Hilaire montrant la brasserie en médaillon et reproduit dans un journal Source et date inconnues. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier