S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Georgette Chartrand Gélinas

  Georgette Chartrand naît le 23 janvier 1918, à Terrebonne. Elle est la 3e d’une famille de 14 enfants. 

«Mon père a fondé la Cie de tabac de Terrebonne, je suis née dans le tabac», dit-elle. De France, lui venaient les papiers à cigarettes de marque Valdor ; c’est devenu le nom d’une marque de cigarettes. Un distributeur ayant placardé une grange avec des enseignes à l’effigie Valdor, c’est ce qui aurait donné son nom à une ville d’Abitibi-Témiscamingue.» 

Ce préambule illustre bien la nature expansive de madame Gélinas, la fierté de ses origines et son ouverture sur le monde. Qui ne l’a croisée un jour, sans qu’elle tire de son sac à main, un découpure de presse, la photo d’un personnage décédé ou la pensée d’un auteur notée sur un bout de papier? 

Georgette Chartrand fait ses études primaires et secondaires dans son Terrebonne natal. Elle obtient un Brevet d’enseignement en 1935, après avoir subi avec Distinction l’examen du Bureau des Examinateurs catholiques du Québec. «J’ai formé des professeurs», dit-elle. Quatre de ses enfants oeuvrent dans le milieu de l’enseignement. L’une de ses filles a contribué à la fondation de l’Office de garde du Grand Montréal.

Georgette Chartrand épouse en 1943 Louis-de-Gonzague Gélinas, médecin vétérinaire. Le couple s’installe à Hull, et lorsque l’École vétérinaire d’Oka ferme ses portes, en 1947, Louis-de-Gonzague devient professeur à l’École de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe. Établi à Mont-Saint-Hilaire, le couple donne naissance à huit enfants. Deux d’entre eux décèdent en bas âge : l’un, de la leucémie, et l’autre, des suites d’un accident.

Femme de communication, Georgette Chartrand Gélinas préside France-Canada, organisme d’échanges entre ces deux pays. Également, elle fait partie de la Société d’Étude et de Conférence de Montréal, groupe fondé par Gabrielle Valois-Hébert en 1931 et axé sur la recherche, la littérature et la créativité.

Dès sa fondation à Mont-Saint-Hilaire, Georgette Gélinas préside le Cercle d’Économie Domestique, aujourd’hui, connu sous le nom de l’AFEAS, association née en 1966 de la fusion des Cercles d’Économie Domestique et de l’Union catholique des Femmes rurales.

Madame Gélinas figure parmi les membres-fondateurs de la Société d’histoire Belœil–Mont-Saint-Hilaire. «Membre n°4!», aime-t-elle répéter, en bonne soldate fière de sa division. 

Au moment de sa fondation en 1987, elle préside la Fédération de l’Âge d’Or de Mont-Saint-Hilaire. Mais ce dont elle est le plus fière est sa longue implication dans le Cercle d’Étude qu’elle préside depuis 30 ans. La nonagénaire exprime cependant un regret : le Cercle d’Étude ne laisse aucune œuvre littéraire formelle à l’exception des minutes consignées dans les registres. 

L’ayant rencontrée à plusieurs reprises, je ne résiste pas au plaisir de dévoiler le message d’accueil de sa boîte vocale : la vie est belle, sachons en profiter! 

Depuis 2008, madame Gélinas habite les Résidences Soleil, à Mont-Saint-Hilaire, et son sourire étincelle tout comme le nom de cette résidence où elle continue de vivre au mieux le temps qui passe. «Je pense qu’avoir fait partie du Cercle d’Étude a été pour moi un gage de longévité.» confie-t-elle, un tantinet émue.

Hilairemontaise à la ferveur communicante, au sourire indéfectible et aux talents multiples, Georgette Chartrand Gélinas mérite notre affection, notre admiration, et notre reconnaissance.

P.S. Madame Gélinas est décédée le 21 novembre 2010.


 — Gisèle Guertin
Georgette Chartrand Gélinas à l'âge de 40 ans.
Georgette Chartrand Gélinas à l'âge de 40 ans.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier