S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Des Bernard et des McLean issus du même ancêtre

Il existe plusieurs souches de familles Bernard comme il existe plusieurs souches de familles McLean, mais il est étonnant de constater que les personnes qui portent l'un ou l'autre de ces patronymes et qui sont originaires de la Vallée du Richelieu sont, pour la plupart, issues du même couple d'ancêtres, Michel Brouillet dit Laviolette et Marie Dubois. Le couple s'est marié au Fort Saint-Louis le 3 novembre 1670 et les fonctions de meunier de Michel Brouillet l'amèneront à se déplacer d'abord vers Sorel et enfin à la Pointes-aux-Trembles, où il a fini par établir sa famille. C'est de la Pointe-aux-Trembles que plusieurs de leurs descendants vont revenir peupler la Vallée du Richelieu

Arrivé avec le régiment de Carignan et stationné au fort Saint-Louis (Chambly), Michel Brouillet portait le surnom Laviolette, nom de guerre qui l'a suivi pendant quelque temps et qu'adopteront quelques-uns de ses enfants. Très peu utilisé, le surnom Laviolette survécut à peine trois générations. Par contre, les descendants de deux de ses fils, Bernard et Gilles, ont adopté, les uns le surnom de Bernard tiré directement du prénom de Bernard, époux de Marie Chartier, alors que d'autres ont adopté le surnom McLean, ces derniers issus du mariage de Gilles avec Marie-Anne Bricault.

Nous retrouvons ces surnoms dès la troisième génération, généralisé chez les Brouillet dit Bernard, alors que seulement quelques individus s'attribueront le surnom McLean. S'il est facile de déterminer l'origine du surnom Bernard, celui de McLean l'est moins et nous n'avons pu à ce jour percer le mystère entourant son origine. Adopté sans doute pour se démarquer des Brouillet dit Bernard qui feront souche principalement à Belœil, le surnom McLean ou Macline, comme on l'écrivait la plupart du temps, ne fut utilisé que par quelques individus établis à Saint-Mathias et que l'on retrouvera plus tard avec leurs descendants à Saint-Jean-Baptiste. C'est à cet endroit que nous retrouvons le surnom pour la première fois chez un couple composé de deux descendants de Gilles Brouillet : Jean-Baptiste Brouillet dit Macline et Marie-Anne Brouillet dit Macline.

Il ne reste à notre connaissance que très peu de McLean issus de Michel Brouillet. La plupart ont gagné des régions situées plus à l'est. Dans notre région, nous ne retrouvons plus que les descendants de Napoléon McLean et Régina Chicoine qui habitaient à Saint-Hilaire, dans une maison que Napoléon avait construite et qui existe toujours rue Sainte-Anne, près de la voie ferrée. Son fils François, aujourd'hui âgé de 86 ans, habite avec sa fille Daphnée, la maison du bedeau à Belœil.

 — Pierre Gadbois, 2003
Membre de la famille Bernard. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.
Membre de la famille Bernard. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier