S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Quand le Richelieu offrait toutes sortes d'activités récréatives

Il n'y a pas si longtemps, il était possible de se baigner dans la rivière Richelieu. Durant de nombreuses années, l'attrait de l'eau et de la baignade attirait la population environnante et celle de l'extérieur. Jusqu'aux années 1960, la population grandissante continua à fréquenter la rivière jusqu'à ce que la pollution interdise la baignade.

Affluent du Saint-Laurent avec lequel il conflue à Sorel, le Richelieu demeure un émissaire du lac Champlain et du lac George aux États-Unis. Il coule sur une longueur de 130 kilomètres. Le sol le long de la rivière est formé exclusivement de terre glaise dont une exception du côté d'Otterburn Park : une plage de sable fin qui s'étend au sud du pont ferroviaire jusqu'au Club de canotage.

Au début du siècle, on retrouvait du côté du Parc Otterburn une animation variée : baignade, pêche, tournée en chaloupes, entre autres les amusements favoris de l'époque. Là où se trouve aujourd'hui la halte routière, quarante chaloupes de location étaient disponibles pour la promenade ou la pêche. La rivière recelait une diversité d'espèces de poissons telles que le brochet, la perchaude, le doré, la carpe, l'anguille, le crapet soleil et l'esturgeon qui faisaient le bonheur des amateurs de pêche. Pour ceux et celles qui n'avaient pas apporté leur maillot de bain, il était possible d'en louer et se changer dans des cabines sur place. Parmi les sports pratiqués sur la rivière, il y avait le canotage. À Otterburn Park, il existe un club de canotage qui remonte aux années 1920, reconnu comme le plus ancien club du genre au Québec. Dès les années 1920-1930, on organisa des régates pour distraire les gens et permettre aux membres du club de canotage de faire valoir leurs talents.

Jadis, le Richelieu était un lieu de réjouissances où il faisait bon s'y recréer. Depuis l'interdiction de baignade, seules les embarcations continuent à sillonner les eaux de la rivière. Aujourd'hui, 20 ans après le lancement du Programme d'assainissement des eaux, on espère pouvoir à nouveau se baigner dans le Richelieu et s'y tremper à nouveau les pieds comme autrefois !

 — Alain Côté, 1999
À Otterburn Park, une plage de sable fin longe le Richelieu au sud du pont ferroviaire et s'étend jusq'au Club de canotage. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.
À Otterburn Park, une plage de sable fin longe le Richelieu au sud du pont ferroviaire et s'étend jusq'au Club de canotage. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier