S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Champlain et la rivière Richelieu

L'année 2003 marque le 400e anniversaire de l'arrivée de Champlain dans la Vallée du Saint-Laurent et de la rivière Richelieu. Voici, un court résumé des faits historiques qui ont marqué sa destinée européenne en terre d'Amérique.

Samuel de Champlain (1570-1635) fut un homme de découvertes et un excellent chroniqueur de ses faits et gestes en Nouvelle-France. Son père Antoine Champlain est qualifié de noble et de capitaine de la Marine. Dans sa jeunesse, Samuel de Champlain habite le port de Brouage en Saintonge près de La Rochelle, aujourd'hui la région Charentes-Maritime.

Au cours des années de Guerre de Religion, entre catholiques et protestants, il s'enrôle dans l'armée du Roi, à titre de Maréchal de logis. En mai 1598, il est démobilisé à la suite du Traité de Vervins, il rentre chez lui. En juillet 1598, il s'embarque sur le Saint-Julien et débarque à Cadix en Espagne qui est un port d'embarquement des troupes armées pour la Nouvelle-Espagne. En 1599, lors de son premier voyage en Amérique et chemin naviguant, il aborde aux Antilles, au Mexique et au Panama. Deux ans plus tard, il regagne son pays natal, la France.

À la suite d'une entrevue avec le roi Henri IV, Champlain reçoit le titre de géographe royal. En 1603, Champlain s'embarque sur la Bonne Renommée lors de son second voyage en direction cette fois de la Nouvelle-France. Le 15 mars 1603, le navire appareille depuis le port de Honfleur. Le 24 mai 1603, l'équipage met pied-à-terre à Tadoussac. Durant son séjour, Champlain y fait la rencontre des Algonquins. Dans son journal, il en décrit les mœurs et les coutumes. Quelques jours plus tard, il arrive en vue de Québec.

Le 28 juin, les Trois-Rivières est atteint. Le voyage se poursuit en direction de Montréal. Le denier jour de juin 1603, Champlain entre avec ses compagnons entre dans la rivière des Iroquois. À l'entrée, il y voit des cabanes fortifiées. Il remonte la rivière sur quelque cinq ou six lieues, puis deux lieues plus haut, il arrive à un saut ou une chute d'eau remplie de rapides, aujourd'hui, le rapide et le canal de Saint-Ours.

Source : Les Oeuvres de Champlain, Volume I, présenté par Georges-Émile Giguère, Les Éditions du Jour, Montréal, 1973

 — Bruno LaBrosse, 2003
Portrait présumé de Samuel de Champlain.
Portrait présumé de Samuel de Champlain.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier