S.H.B.M.S.H.

Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire

Autour de l'orgue de Saint-Mathias

Les livres de comptes de la fabrique de Saint-Mathias nous permettent de reconstituer partiellement l'histoire des orgues et des principaux musiciens qui se sont succédés au poste de titulaire de cette église.

C'est en 1861 que la paroisse fait l'acquisition de son premier instrument, un harmonium de la maison montréalaise Craig Piano Co. Monsieur Boulay est le premier organiste que l'on paie pour ses services à l'occasion de la visite de l'évêque en 1863. Il faut attendre sept ans après l'achat de l'harmonium pour que la fabrique engage Mademoiselle Gigon comme organiste officielle. Pour « toucher l'harmonium » en 1868-69, elle bénéficie, en plus de son salaire, de la gratuité de son banc. Anne Johnson lui succède de 1869 à 1873 et Madame Valin prend ensuite la relève pendant près de dix ans.

Vingt-cinq ans après son acquisition, l'harmonium présente des signes d'usure et nécessite souvent des réparations. En 1887, on décide de le remplacer par un orgue Brodeur. Eusèbe Brodeur est alors un facteur d'orgues important de Montréal. Joseph Casavant lui a cédé son établissement en 1866 et Eusèbe Brodeur initiera à ce métier les fils de son prédécesseur Claver et Samuel Casavant qui continueront plus tard l'œuvre de leur père en fondant la Maison Casavant.

Les orgues de l'époque ne sont naturellement pas actionnés par une soufflerie électrique et on doit avoir recours à l'énergie humaine pour « souffler l'orgue ». Les souffleurs de l'orgue Brodeur sont Nazaire Domingue (1888), R. Raiche (1893), Frédéric Bédard (1896) et Andréa Duclos (1907).

Avec l'arrivée de l'orgue, les fonctions de chantre et d'organiste sont cumulées par la même personne, soit par G. Caisse (1888-1890), Bruno Lavoie (1893-1894) et Arthur Loiselle (1905-1936). Arthur Loiselle connaîtra deux orgues au cours de sa carrière de musicien de la paroisse : l'orgue Brodeur et l'orgue Casavant installé pour le dimanche 13 septembre 1925.

Acquis au coût de 3,000 $, plusieurs sources de financement défraient l'achat de l'orgue Casavant :

  • contributions de différentes organisation : 1,200 $
  • vente du vieil orgue : 200 $
  • contribution personnelle de l'abbé J. M. Cadieux : 500 $
  • don du curé J. E. Lamarche : 200 $
  • don de Mme Ludger Nadeau : 150 $
  • don des Dames de Sainte-Anne : 150 $
  • don de Louis Roussel : 10 $
  • quêtes : 150 $

Les renseignements contenus dans les registres de la fabrique de Saint-Mathias concernant les musiciens qui ont été engagés pour servir l'église, nous présentent un aperçu intéressant de l'activité musicale qui s'y est déroulée. Nous espérons que ce survol incitera les paroissiens à compléter cette page de leur patrimoine.

 — Johanne Hébert, M.A. musicologie 1999
Intérieur de l'église de Saint-Mathias. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.
Intérieur de l'église de Saint-Mathias. SHBMSH, fonds Armand-Cardinal.

Retour aux capsulesRetour en haut

© 2003-2009 Société d'histoire de Beloeil-Mont-Saint-Hilaire. Tous droits réservés.
Conçu par Félix Cloutier